Nouvelle vidéo : Entreprendre et s'associer

Rédigé par leo Aucun commentaire

Entreprendre et s'associer : pourquoi et comment.

La prospérité du réseau doit passer par une capacité de fonctionnement collectif et solidaire. Entreprendre, c'est déjà un premier pas vers la puissance et l'autonomie. S'associer, c'est développer la capacité de voir plus loin et de se mettre au service d'un idéal supérieur qui doit apporter richesses et gloire.

https://www.youtube.com/watch?v=80zaHK6KUik

L'importance de communier

Rédigé par leo Aucun commentaire
Classé dans : Anthropologie Mots clés : harmonie, organisation, rencontre, santé, travail

L'un des premiers réflexes que devrait avoir toute personne animée par la volonté de créer et maintenir une dynamique collective est le fait de communier.

Communier signifie être et faire à plusieurs, dans une recherche de justesse et d'harmonie et, en ce qui nous concerne, d'efficacité. On peut communier entre humains, mais aussi avec des animaux ou plus largement avec la Nature ou le Cosmos.

À ce propos, il est important de ne pas négliger ce qui apparaîtra à beaucoup comme de la perte de temps, car en apparence non immédiatement rentable. Le fait par exemple de se réunir pour faire une partie de cartes a autant d'importance dans une dynamique de groupe que de se réunir pour trier des patates. La deuxième activité paraîtra plus utile mais il serait réducteur de penser que c'est forcément le cas.

Les temps collectifs de partage, qu'ils fussent laborieux ou ludiques, sont indispensables à la création, au maintien et au renforcement d'une dynamique collective digne de ce nom.

Bien sûr, il conviendra de trouver un équilibre entre l'utile et l'agréable pour que le travail à faire soit fait en temps et en heure mais il ne faut dénigrer ni l'un ni l'autre et surtout ne pas négliger le fait d'être et de faire à plusieurs.

Car faire par soi-même devient peu à peu faire pour soi-même. Et il est facile de penser ce faisant que le groupe n'a finalement que peu d'intérêt. Et c'est là l'une des sources des éclatements collectifs (qui, soit dit en passant, n'éclatent que parce que leurs membres ont devant eux des alternatives, il est évident que dans un contexte de survie, les gens se rabibochent bien plus aisément, c'est une question de vie ou de mort).

Par ailleurs, ces temps de partage et de communion sont aussi à même de procurer des bienfaits infinis de détente, de joie, de calme, de courage, de force. Ils sont par le fait même de nature thérapeutique et spirituelle de par la façon dont ils nourrissent le sentiment d'appartenance.

À ce propos, si certains espèrent vivre dans des lieux collectifs, il en est qui ne le souhaitent pas, sans pour autant refuser le principe de groupe et sans cesser d'y voir des avantages.

Ainsi, au-delà des opportunités de communion quotidienne qui se présentent aux personnes vivant dans des structures collectives, il peut être judicieux pour les personnes plus solitaires de se réserver régulièrement des temps dédiés aux groupes qu'elles auront élus dignes de leur compagnie.

Parmi les possibilités de communion, entre humains ou seul dans la Nature, nous pouvons songer à :

  • une promenade à pied, à cheval, à vélo, en canoë, etc
  • de la cueillette, de la pêche ou de la chasse
  • manger, goûter, boire
  • du sport
  • des jeux de cartes, de plateau, en plein air, des jeux d'eau
  • des créations artistiques comme de l'art naturel, paysager, pictural, de la couture, etc
  • du chant, de la danse, de la musique, du théâtre, du conte, des marionnettes
  • des rituels religieux
  • de la cuisine
  • du jardinage
  • du bûcheronnage
  • ...
  • toutes les corvées que personne ne veut faire !

Enfin, gardons en mémoire que le fait d'être dans l'action, dans le faire, est nécessaire à un bon fonctionnement de groupe, à une bonne santé et également à une bonne assimilation des connaissances et des expériences.

Évitons les communions de parlote, qui ont tendance à produire à notre époque des effets négatifs de surmentalisation, de brassage d'air et d'hystérie bruyante. Allions l'utile à l'agréable autant que faire se peut et lorsque le travail a été fait, prévoyons des temps de loisirs individuels et collectifs.

Afin de favoriser les effets vertueux des temps de communion, attachons-nous à y être présent, d'abord physiquement mais y compris avec notre esprit, en présence. Cultivons la bienveillance, la confiance et l'émerveillement. Et gardons-nous de tomber dans le piège si fréquent du commérage, de l’auto-congratulation et de la médisance.

Stratégie de conquête et infrastructure dipolaire

Rédigé par leo Aucun commentaire
conquete

Prôner des valeurs est une chose, mais reste vain si cela n'est pas validé par des faits, des actes et des engagements. Pour incarner un idéal, il faut avoir du pouvoir.

Nous avons besoin, pour ce faire, de deux types de structures indissociables sur le moyen et long terme :

  • des fermes, autonomes, se trouvant dans des endroits calmes, ressourçants et sains. Ce sont des lieux repères, qui doivent proposer du travail, des activités qui font sens et qui profitent à l'ensemble de la communauté. Ce sont des lieux de repos, de mise au point, de recentrage sur soi et le sens de sa vie, également de recentrage sur la communauté et ses objectifs. Ce sont aussi des lieux de soin, de médecine, de santé, de séminaires, de spritualité, de religion, de méditation, de prière. Des lieux d'expérimentations, d'apprentissages, de formations, de tests. Des lieux de contemplation, de créativité, d'imagination et d'inspiration. Des lieux nourriciers également, et des zones de repli en cas d'urgence.
  • des résidences, appartements, maisons, en ville. Des lieux d'habitation, de passage, de rencontre, de travail, de négociation, d'innovation, de réseautage. Des lieux propices aux voyages internationaux et aux rencontres d'entreprises et d'entrepreneurs. Des lieux qui peuvent ancrer des collaborations, des partenariats et des investissements. Il peut s'y dérouler des meetings. Ce sont des points de chute pour les entrepreneurs, un lieu où échanger de manière confidentielle, un lieu où se reposer entre deux réunions ou dîners d'affaires. Un lieu d'accueil, de réputation, de succès. Un endroit connu, peut-être incontournable, un espace mondain. Avant tout, un lieu de travail, d'enrichissement personnel et collectif (jamais l'un sans l'autre) et, in fine, un lieu de pouvoir.

De tels lieux fonctionnent ensemble. Lorsque la ville se fait par trop oppressante, lorsque certaines personnes craquent psychiquement ou tombent malades, lorsque certains entrepreneurs perdent leurs repères et le sens de ce qu'ils font, lorsque les villes s'enflamment et que la délinquance règne, les fermes autonomes se présentent comme un refuge, un repère, un espace de guérison, de liberté, et d'enracinement.

À l'inverse, lorsque certains entrepreneurs dans l'âme peinent à ouvrir leur marché dans une zone rurale où peu de choses bougent, où l'argent n'est pas très présent, où les clients sont peu dépensiers, où les innovations ne sont pas accueillies à leur juste valeur et où l'on s'écarte peu à peu des tendances et des modes, les propriétés citadines constituent leur meilleure opportunité. "Monter à la ville" n'est pas une vaine expression. Viser des capitales, comme Paris, Londres, Bruxelles, Amsterdam, Copenhague, Berlin, Vienne, Prague ou certains pôles d'activités comme Lyon, Marseille, Munich, Francfort, Turin, Milan, c'est se garantir un réseautage de qualité, une mobilité internationale et une prospérité dans les affaires pour peu que l'on y mette du sien et que le réseau s'entraide.

Pensons-y sérieusement, et travaillons pour que cela advienne : un réseau mondial de nouveaux Francs, propriétaires et travailleurs, dont certains seront mobiles et voyageurs tandis que d'autres seront enracinés et bâtisseurs. Nous avons besoin de tous les profils, pour peu que nous soyons païens et Français de généalogie, et que notre horizon se résume ainsi : Vérité, Liberté, Beauté.

Rencontres païennes en Normandie

Rédigé par leo Aucun commentaire

Le 21 juin prochain aura lieu une rencontre païenne identitaire en Normandie, dans le département de l'Orne.

L'occasion de se rencontrer pour échanger et réseauter dans une optique conquérante et bâtisseuse.

Le cadre sera champêtre. Retrouvailles le matin, repas partagé le midi et topos de travail l'après-midi.

Pour participer, contactez le réseau à cette adresse : https://nouveaux-francs.com

Fil RSS des articles de ce mot clé